Je voulais vous parler de l’initiative #Dysturb depuis un moment. #Dysturb, c’est quoi ? Des photojournalistes qui squattent les murs de Paris pour y afficher leurs clichés. A l’origine de cette initiative, il y a entre autres Pierre Terdjman de l’agence Cosmos. Il y a plusieurs semaines, on a échangé rapidement par messages pour qu’il m’explique l’idée de #Dysturb que vous pouvez suivre sur la page Facebook #Dysturb ou sur leur compte Instagram.

©#Dysturb

©#Dysturb

La mort de la photojournaliste, Camille Lepage, tuée à 26 ans, alors qu’elle réalisait un reportage en Centrafrique (l’Etat français parle d’assassinat)  donne un écho particulier à l’opération #Dysturb. Parce qu’un hommage a été rendu à la jeune femme, ce mercredi, en collant certaines de ses photos sur les murs. Ensuite et c’est lié parce que je suis convaincue que les photographes doivent interpeller le public sur leur métier, prendre de la place pour susciter la curiosité, la discussion, le débat avec le public.

NOTE : Pierre Terdjman a répondu à nos questions bien avant le décès de Camille Lepage.

©#Dysturb

©#Dysturb

 

« L’opération est inspirée de l’idée simple de vouloir informer le plus grand nombre, explique le photographe Pierre Terdjman, et d’être le plus accessible possible quitte à balancer en pleine gueule une réalité que les gens ne veulent plus voir dans les magazines ! »

Pour lui, « quitte à prendre des risques,qu’ils soient financiers ou physiques, quitte à dépenser autant d’énergie à faire des photos et essayer de raconter les histoires des gens autant que ça serve à quelque chose » et même si les magazines ne prennent plus ou pas ce genre d’histoire.

@#Dysturb

@#Dysturb

La vocation de #Dysturb n’est pas « vraiment pas d’imposer, souligne le photographe, mais de montrer aux gens ce qu’ils oublient ou ne veulent pas voir ! Et puis, ajoute-t-il, c’est l’éducation pour tous , quand on colle à côté d’une école, c’est pour que les élèves s’arrêtent et posent des questions… »

dysturb2

©#Dysturb

Et comment avez-vous trouvé le nom ? « Dysturb pour déranger bien sur ! Le y est venu tout seul….Cette opération va se reproduire à fréquences régulières avec d’autres photographes invités qui montreront, eux aussi,  leurs actualités ! » Par ailleurs, #Dysturb a reçu le soutien du magazine Grazzia.