Frederik Meza est un photographe salvadorien qui sillonne son pays pour le site d’informations latino-américain El Faro.net. Il a eu carte blanche pour faire une sélection de photo et nous raconter en quelques mots comment il vit son travail. Avec des mots simples et forts, il dresse un portrait express de ce petit pays d’Amérique centrale frontalier du Guatemala et du Nicaragua. Depuis plusieurs années, il est rongé par la violence.

Merci infiniment à Herman Campos, contributeur et traducteur.

« Je suis un photographe qui a le désir de conserver grâce à mes photos ce que fut Le Salvador, celui qui est en train de se perdre. Ce pays à une culture très riche, il a de nombreuses traditions. Cependant tout ceci est avalé, férocement dévoré par la violence sociale qui sévit dans le moindre recoin du pays. »

6

« C’est un petit espace qui, au centre des Amériques, vit ses croyances et ses idéologies à travers ses fêtes colorées. Et c’est cela que mes photos veulent représenter : chacune de ces fêtes dans lesquelles le Salvadorien met son âme, son cœur et sa vie, que ce soit sur un terrain de foot, dans une église, lors d’une danse traditionnelle ou même dans le travail de tous les jours. »

16

« À travers une expérience de quatre années comme photojournaliste, j’ai visité tous les endroits où j’ai pu rencontrer le Salvadorien authentique, « Guanaco », comme on le connaît. Et derrière lui, on découvre un peuple travailleur et pauvre, avec l’envie de grandir et de triompher, d’effacer la tristesse par le sourire. »

025 (2)

« Le travail que j’effectue cherche à combiner scènes et personnages, lumières et ombres, dans le but de faire ressortir chaque détail qui donne vie à ce pays. « 

a_MG_0055

Les légendes :

Photo 1 : Match de foot improvisé devant la maison. Région rurale de Quezaltepeque ©Frederik Meza/El Faro.net

Photo 2 : Supportrice du club sportif Aguìla. Finale de football salvadorien ©Frederik Meza/El Faro.net 

Photo 3 : Paroissienne qui prie Saint Judas Tadeo, le saint des cas impossibles ©Frederik Meza/El Faro.net

Photo 4 : Fête des petites lanternes dans la ville de Ahuachapàn, en l’honneur de la naissance de la vierge Marie ©Frederik Meza/El Faro.net

Photo 5 : Cette femme représente la Llorona (la pleurnicharde), un personnage de légende latino-américaine. Fête de la Calabiusa, célébration locale de la citrouille ©Frederik Meza/El Faro.net

Le texte original en espagnol est à suivre

Lire le reste de cette entrée »

Publicités