Visiteur compulsif d’expos photos, Emmanuel THIERY a encore frappé.  Il a visité pour nous l’exposition David LaChapelle, un des évènements photos phare de ce début d’année. Regard septique sur une rétrospective attendue.
Ce post est visible sur Hors les murs, le blog Tendance des étudiants de l’IPJ.

LaChapelle ne fait pas dans la dentelle mais bien dans la photo provoc. La « retrospective » qui lui est consacrée à l’Hôtel de la monnaie de Paris, expose la quintessence de l’oeuvre de l’artiste.

Des dizaines d’images qui t’en mettent pleins tes mirettes tellement elles sont hyper travaillées. Mises en scène scabreuses, chromatiques psychédélique et symbologie grossière. Les photos amusent mais ne transcendent guère. Une Pietà detournée où Courtney Love joue la Madone ( là-haut ), une Mosquée en bonbon, une Cène où Jésus a pour apôtres des racailles blacks et latinos ( ici-bas ). LaChapelle dégoupille le sacré dans une esthétique porno rococo. Chez lui, fric, dope et narcissisme forment la trinité de la décadence de notre temps.

Il est amusant de constater que les créatures de ses oeuvres se retrouvent dans les galeries de l’expo. Y défilent des ribambelles de clones anorexiques, de mémères liftées et de beaux gosses m’as-tu-vu, qui se pâment devant tant de mauvais goût.

Renseignements : Ici. Prix : 10 euros l’entrée, l’hôtel de la monnaie est un lieu tout trouvé pour accueillir l’expo.