Dans une expo qui donne envie d’aller à Berlin avant le 5 octobre prochain, le musée de l’Histoire allemande retrace la quête de l’artiste allemande Herlinde Koelbl. Elle a parcouru le monde à la recherche de « Targets » (le nom de l’exposition). Comprenez les cibles utilisées lors des exercices militaires. Dans cette actualité internationale chargée, cette expo offre une réflexion intéressante sur la notion d’ennemi, de guerre et la réalité du combat pour les soldats.

Herlinde Koelbl affectionne les travaux au long cours. L’exposition Targets est le fruit de 6 ans de recherches autour du monde. Cette exposition photos offre une réflexion sur la notion d’ennemi, de soldat, de guerre.

Camps d’entraînement

La photographe allemande a visité des camps d’entraînement militaires dans des pays qui possèdent une armée (Brésil, Finlande, France, Israël etc). »Qui est le méchant ? À quoi ressemble cet ennemi que l’on sera censé abattre ? » Voilà la question posée par l’artiste de 74 ans, originaire de Bavière, à travers les photos de cibles sur lesquelles les militaires s’entraînent.

On pourrait presque sourire devant certaines de ces silhouettes en papier ou en carton représentant des paysannes tenant des armes. Sauf que l’ennemi de papier devient un être de chair sur le terrain.

L’artiste n’oublie pas cette dimension. Dans une interview accordée à Arte, Herlinde Koelbl explique qu’elle s’est rendue à travers ses travaux que la paix est finalement quelque chose d’extrêmement fragile. Pourtant dans les pays occidentaux, elle est considérée comme « normale ».

Stress post-traumatique

Des témoignages de soldats revenus d’opérations de combat accompagnent les quelque 200 grands formats photos. Le stress post-traumatique de ceux qui font la guerre transpirent dans les témoignages. Un soldat explique qu’après une mission revenir chez lui et être dans sa maison « [le] tue presque. J’allume toujours la radio ou la télé, faute de supporter le silence. » Nul doute que l’actualité récente donne une dimension particulière à cette exposition singulière.

bruckneudorf_ 005

Targets_3_Herlinde_Koelbl

Targets_4_Deutschland__c__Herlinde_Koelbl

 

Publicités

Début 2014, Chloé et Florian ont loué une voiture, se taper du kilomètre, le macadam qui brûle sous les pneus dans la chaleur écrasante des Etats du Sud et aussi le froid du Nord puisque le polar vortex les a poursuivis sur plusieurs Etats. L’avantage du road trip c’est cette sensation de liberté : tu t’arrêtes où tu veux et tu prends les routes de traverse si tu as envie de les prendre. Dans cette seconde partie, ils évoquent leurs rencontres.

Kentucky-Indiana

FloClo1

Quand Allyson, une Américaine qui a passé presque une année chez Florian il y a plus de vingt ans, nous a proposé de passer les fêtes de fin d’année avec sa famille, nous avons sauté sur l’occasion. Direction la frontière du Kentucky et de l’Indiana, pour une découverte des traditions, du bourbon et surtout pour un brunch familial haut en couleurs et en Bloody Mary !

New Orleans, Louisiane

FloClo2

Lors d’un voyage sur la route on croise des personnages, des « gueules ». Lumière du soir à New Orleans, la musique est partout autour de nous et notamment ici sur les rives du Mississippi. Des années que cet homme inonde la ville de ses coups  de tambours et de ses quelques mots de français.

Austin, Texas

CloFlo3

Un après-midi à flâner à Austin dans le quartier très agréable de South Congress (« SoCo »), et quelques semaines déjà que je tannais Florian au sujet de sa coupe de cheveux. Difficile donc de passer à côté de ce barber. Le premier arrivé est le premier servi. En t’asseyant sur le siège tu pries discrètement de ne pas ressortir de là trop « fifties ».

Albuquerque, New Mexico

FloClo4

La Route 66 ne faisait pas partie de nos objectifs pour ce voyage et pourtant nous l’avons croisée à plusieurs reprises comme ici à Albuquerque.  Comment résister à un ultime burger au Diner 66 servi nonchalamment par une serveuse tout droit sortie d’un épisode d’Happy Days ?C’est ça, l’ambiance 66 !

Monument Valley, Arizona

CloFlo5

C’était inscrit sur notre « to-do list ». On voulait parcourir les grands espaces américains à cheval, Monument Valley l’a fait ! Bien installés sur nos montures, notre guide Navajo nous fait découvrir les paysages qui l’entourent chaque jour, son territoire, son « chez-lui ».  A la nuit tombée, il nous invite à partager le pain typique indien, entourés de sa femme et de ses enfants.