Ils connaissaient un peu l’Amérique. Surtout celle des villes. Les classiques (NYC, LA, San Francisco). Chloé et Florian voulaient y retourner. Louer une voiture, se taper du kilomètre, le macadam qui brûle sous les pneus dans la chaleur écrasante des Etats du Sud et aussi le froid du Nord puisque le polar vortex les a poursuivis sur plusieurs Etats. L’avantage du road trip c’est cette sensation de liberté : tu t’arrêtes où tu veux et tu prends les routes de traverse si tu as envie de les prendre. 
Voici 6 coups de coeur de nos deux routards avec photo à l’appui. 
1
On the road, Mississippi, Route 61 (route du blues)

C’était un road trip bien préparé. Tableaux excel et longues heures de recherches sur les forums.  Mais l’asphalte réserve ses surprises. Au hasard de la 61, route du Blues qui longe la Mississippi river, nous tombons sur cette maison abandonnée. On serait bien restés des heures à observer cette vie passée encore présente mais l’ambiance « Stephen King » qui planait nous a vite rattrapée…

2

Cocodrie, New Orleans, Louisiane

Quand Audrey G., notre hôte présidente de l’Association des cajuns en Louisiane, nous a parlé d’un endroit surnommé Finistère, les Bretons que nous sommes, ne pouvions passer à côté. Nous voici donc sur l’unique route qui mène au bout du monde local, Cocodrie. L’occasion de croiser nos premiers dauphins, de sympathiser avec les pélicans et de découvrir ce motel fantomatique, repère de pêcheurs solitaires.

3

On the road, Texas 

Le Texas, 600 miles, 4 jours, 3.5 kg de barbac enfilée chez Cooper’s barbecue (véritable institution là-bas !), nous écrase par l’immensité de ses espaces et de son vide. Fin d’après-midi, on s’arrête sur le bord de la route. Lumière folle, champs à perte de vue. Entre armes à feu et peine de mort, les paysages du Texas sont finalement surprenants de douceur.

4

White Sands desert, New Mexico

Notre premier désert américain et le plus beau souvenir que l’on garde de ce périple. Du lever au coucher du soleil, quasi seuls au monde, nous avons marché des heures dans ce paysage lunaire et dévalé des dunes avec pour seules ressources, notre paquet de « Girls Scout Cookies » et un peu d’eau. L’image de cette journée restera ce ciel et ces couleurs, un temps suspendu à la nuit tombante.

5

Jerome, Arizona 

Étape sur les routes sinueuses de l’Arizona, difficile de rester insensible au charme désuet de Jerome et de ses légendes de fantômes. Dans cette ville tout est hanté, du seul hôtel en activité aux ghost burgers du resto du coin. Même pas peur ! On en profite pour admirer la vue sous un ciel capricieux.

6

San Clemente, Orange county, Californie

Bienvenue au royaume des surfeurs et de la musculation « outdoor » ! Les pieds dans l’océan Pacifique, la Californie est le dernier Etat que nous traversons.  En longeant la côte, on s’arrête pour manger une glace sur ce pier et observer le petit théâtre de la vie californienne.

….à suivre….

Publicités

STREET ARTPour le plaisir des yeux… 150 street artist ont posé leurs valises et leurs bombes dans le village tunisien d’Erriadh, sur l’île de Djerba. Ils ont habillé les murs avec leurs oeuvres. Au départ, certains habitants étaient réticents. Au vu du résultat, ils en veulent plus et viennent directement demander aux artistes de peindre leurs murs. Un site web très bien fait permet de visiter le village et de voir les oeuvres des artistes qui se sont déplacés en Tunisie. 30 nationalités sont représentées. L’art du galeriste parisien Mehdi Ben Cheikh, à l’initiative également de la Tour 13, c’est de rendre possible les défis à grande échelle et d’en faire de vraies réussites. Chapeau l’artiste. 

Djerbahood-STEW-02-01-site1

DjerbahoodMALAKKAI-06-01-site-djerbahood

Djerbahood-INKMAN-01-site-djerbahood

Djerbahood-SANER-01-01-site

Djerbahood-MONICA-01-site-djerbahood

Djerbahood-FLEGM-04-01-site-djerbahood

Djerbahood-KNOWHOPE-06-01-No-Grudge_close-djerbahood

Djerbahood-BELEM-01-01-site-djerbahood

Djerbahood-SWOON-01-01-site-djerbahood

Djerbahood-SWOON-04-01-site-djerbahood

 

Djerbahood-BELEM-02-01-site-djerbahood

DjerbahoodROA-06-01-site

Djerbahood-HERBERT-02-01-site-djerbahood

Djarbahood-PUM-01-01-site-djerbahood

Toutes les photos c/Djerbahood.

Avec par ordre d’apparition de haut à bas : 1/ Stew (France) 2/ Malakkai (Espagne) 3/ Inkman (Tunisie) 4/ Saner (Mexique) 5/ Monica Canilao (Etats-Unis) 6/ Phlegm (UK) 7/ Know Hope (Etats-Unis) 8/ Mario Belem (Portugal) 9 et10/ Swoon (Etats-Unis), 11/Mario Belem (Portugal) 12/ Roa (Belgique), 13/ Herbert Baglione (Brésil) 14/ Pum Pum (Argentine)

Travailler quand tout le monde part en vacances… Quand on est dans cette situation, Instragram a deux fonctions. Tout dépend de l’utilisation qu’on en fait. Soit il devient un doux objet de torture et engendre son lot de frustrations. Soit, il fait office d’outil pour s’évader un peu. Sans plus de fioritures, je vous propose une sélection de quelques comptes. C’est assez varié et il y aurait d’autres mais, comme dirait l’autre, « la vie c’est des choix ». Et désolée pour ceux qui n’ont pas Instagram…J’ai résisté longtemps aussi avant de tomber dans cette marmite d’images. 

@panospictures

Ils font tout sauf du tourisme, les photographes de l’agence britannique Panos. Un compte à suivre…

IMG_6724

@buchowski

Julien se décrit sur son profil comme un « beauty hunter » / « explorer ». Pas besoin d’en savoir plus. Ce qui compte c’est le butin ramené de ses explorations photographiques.

IMG_6701

 

@VIIPHOTO

Autre collectif de photojournalistes qui parcourent la planète pour nous rapporter des histoires qui racontent le monde dans tout ce qu’il a de plus beau/laid/complexe.

IMG_6726

@gflandre

Guillaume Flandre a été interviewé dans ce blog. Mais je n’en sais pas plus sur lui. Pas plus que ce que racontent ses posts sur Instagram.

IMG_6698

 

@Cabin Porn

Malheureusement trop peu alimenté, ce compte qui émane d’un Tumblr beaucoup plus complet recense toutes les cabanes possibles et inimaginables, dans le monde entier.

IMG_6703

@nohazayed

Noha Zayed post des photos de camions égyptiens, d’enfants qui jouent, de désert.

IMG_6700

@bethanymarieco

Bethany aime les paysages embrumés, a un petit penchant pour la mode. Cette photographe de Seattle post souvent des paysages oniriques.

IMG_6697

@laets_go

Laetitia voyage beaucoup pour le boulot (elle est journaliste) et pour son plaisir perso. Après avoir couvert le Mondial au Brésil, elle sillonne les Etats-Unis, cet été.

IMG_6725

 

@Moristeele

On dirait que Molly Steele passe son temps dans les bois à monter dans des cabanes ou marcher sur des chemins embrumés. Ca me plait.

IMG_6723

Confier ses photos de vacances à des habitants du pays…L’idée (rapidement résumée) est celle de deux passionnés de photos. Lucie Bascoul et Charles-Antoine De Sousa (du blog HouHouHaHa), tous les deux passionnés de photos, se lancent dans un projet de webdoc. Ils veulent sillonner une partie de l’Amérique (nord et sud) pour aller à la rencontre de personnes à qui ils confieront des appareils photos jetables. A ces « locaux » (je mets de gros guillemets car le mot peut être connoté) de s’exprimer et de prendre les photos qu’ils veulent. L’aventure sera retracée dans un webdoc. 
Comment vous est venue l’idée du projet Local Eyes ?
L’idée est née de la volonté de ramener de notre voyage un véritable bout de chaque pays traversé. Nous voulions monter un projet photographique mais nous sommes vite arrivés à la conclusion qu’il est difficile en tant que touriste passager de capturer la vraie face d’un pays.
local-eyes-carte
Pourquoi ce choix des appareils jetables ?
Après que les locaux soient apparus comme une évidence pour réaliser notre album de voyage, il a suffit de trouver une solution pour qu’ils puissent prendre nos photos ! Nous avons alors pensé aux appareils photo jetables car c’était un moyen simple et ludique d’y parvenir.
Local-eyes-carte2
L’aventure est vouée à devenir un web-documentaire…Pourquoi ce choix de rendre compte du projet via un webdoc ?
Le format webdoc permettra aux internautes de vivre la même expérience que nous, à savoir, de découvrir la personne par l’intermédiaire de son portrait vidéo. C’est uniquement à la suite du visionnage, qu’ils pourront découvrir les clichés. L’élément de surprise est le facteur clef de ce projet.
Local-eyes-carte-3
Comment choisissez-vous les « locaux » qui photographient ?
Nous avons essayé de trouver des habitants avec des personnalités différentes mais surtout de tout âge afin de révéler au mieux l’identité d’un pays. Nous allons rencontrer au total 22 locaux en fonction du résultat nous en sélectionnerons au moins 12. Ces « locaux » nous les avons trouvé grâce à nos amis, connaissances et autres moyens divers et variées…Mais, sans les réseaux sociaux, c’est sûr que les choses auraient été beaucoup plus complexes.
Local-eyes-4
Le projet se déroulera en Amérique (nord et sud) : pourquoi ce continent ?
L’idée de traverser ces deux continents si proches et aux personnalités si différentes nous a séduit. Nous avons ensuite décidé de traverser 3 pays de chacun des côtés afin d’apporter un équilibre dans notre itinéraire.