UN PAYS, UN PHOTOGRAPHE #1. En ces temps de vacances, le photographe Guillaume Flandre nous fait voyager au Maroc. A cette occasion, la rubrique « Une ville, un photographe » de ce blog se transforme en « Un pays, un photographe ». Bonne lecture !

Guillaume-Flandre-3

Premier souvenir photographique là-bas ?
La place Jemaa el-Fna de Marrakech sans aucun doute. Je suis arrivé au Maroc de nuit, en plein au coeur de la place principale de Marrakech.
Les lumières de cet endroit, noir de monde, sont magnifiques: les fruits multicolores, le coucher de soleil rose qui recouvre le ciel, les habitants qui mangent au milieu de la place et vendent une quantité impressionnante d’objets en tout genre, la fumée qui s’échappe des cuisine.
Avant même d’explorer plus de parties de la ville, j’ai pris mon appareil photo en main et j’ai passé une demi heure à photographier tout ce que je pouvais de cette atmosphère très particulière.
Guillaume-Flandre-Jamaa
Trois mots pour qualifier le Maroc ?
Varié, coloré, vivant.
Guillaume-Flandre-souk
Qu’est-ce que tu préfères prendre en photos ici les gens/l’architecture/les paysages… ?
Malgré le fait qu’il soit assez difficile de prendre des portraits des Marocains, la plupart n’appréciant pas qu’une personne qu’ils ne connaissent pas les photographie, il serait difficile de s’intéresser à ce pays sans y inclure ses habitants.
C’est ce que j’ai préféré, photographier les Marocains dans leur environnement, que ce soient les petites rues des médinas ou les souks bondés et baignés de lumière. L’architecture est également très intéressante, avec des bâtiments très colorés ou usés par le temps. Les mosquées sont également magnifiquement décorées.
Guillaume-Flandrechefchaouen
Un endroit/une ville particulièrement intéressants à visiter/photographier ? 
Il ne faut pas passer à côté de Chefchaouen. Cette ville n’est pas forcément la plus classique, et les guides n’en parlent que brièvement mais certains bus s’y arrêtent, et ça vaut le détour.
La partie inférieure des bâtiments de la médina est peinte en bleu ce qui la rend très photogénique.
Guillaue-Flandre-1

Le moment préféré de la journée pour photographier le Maroc ?
A midi dans les souks, lorsque la lumière perce les toits et forme des rayons de soleil à couper le souffle. Les couchers et levers de soleil sont également particulièrement colorés, je conseille donc de s’aventurer aux alentours des endroits les plus scéniques à ce moment de la journée.
Guilluame-Flandre-marche

As-tu un rituel sur place ?
En voyage j’essaye toujours de faire en sorte que chaque jour soit différent et de découvrir une autre partie du pays.
Mais on peut dire que mon rituel était de manger un msaman tous les matins dans un souk pour bien commencer la journée.
guillaume-Flandre-drapeau
Y a-t-il un réglage particulier ou un type de matériel particulier que tu préconises pour photographier ce pays ? 
En voyage, j’essaye de m’embarrasser du moins de matériel possible. J’utilise donc un zoom Sigma 18-50 f2.8 très lumineux et polyvalent qui permet d’avoir un angle relativement grand pour les photos d’architecture ou de paysages et fait également l’affaire pour capturer des portraits.
Pour les fans de bokeh, le Maroc présente énormément d’occasions de se faire plaisir, la lumière y étant magnifiques. Je conseille donc d’emporter un objectif à grande ouverture !
Guillaume-Flandre-toits
Tes bons plans ? 
Pour bien manger : Villa Flore à Marrakech fait de la très bonne cuisine marocaine revisitée dans la très belle cour d’un riad. Il faut aussi absolument essayer le msaman dans les rues de n’importe quel souk.
Pour prendre un verre : la terrasse de l’hôtel Nord-Pinus de Tanger qui présente une des meilleures vues de la méditerrannée et de la médina et d’où on peut voir l’Espagne.
Pour se balader : les souks de Fes sont magnifiques, il faut y passer des heures !

 

Publicités

Le photographe Ronan Thenadey reprend la route des festivals cet été. Nous avions déjà évoqué sa carrière dans ce blog (le mot carrière le ferait rire parce qu’il fonctionne à l’instinct et ne planifie rien). Sa première halte se fera, comme tous les ans depuis 7 ans, au Hellfest, du 20 au 22 juin, à Clisson (44). Le rassemblement d’amoureux de musiques extrêmes chatouille tous les ans la sensibilité de certains qui ont parfois du mal à manier le second (voir troisième ou quatrième) degré.

_MG_5916

Comment décrirais-tu le Hellfest à des gens qui n’y sont jamais allés ?  

Le Hellfest est un rassemblement dans la bonne humeur. Des gens viennent du monde entier, ils se retrouvent pour l’amour du metal au sens large : du Punk Hardcore au Death Metal en passant par le Stoner. Les gens viennent voir leurs groupes préférés, faire la fête et passer un bon moment. C’est devenu un endroit de rêve pour tous les amoureux de Metal. Quand tu aimes ce genre de musique, tout est fait pour que tu t’y sentes bien.

_MG_8494 1

Tu fais beaucoup de photos du public… 

Oui je shoote énormément le public, et les groupes sur scène évidemment. Nous sommes plusieurs photographes officiels et pour ma part je suis très concentré sur les gens hyper lookés, les moments forts ( slam, bataille de boue…) et les …filles (rires) ! Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il n’y a pas que des métalleux et des gens déguisés dans le public, il y a aussi des familles. Au Hellfest on croise tous les âges, de 7 à 77 ans.

Tamtrum020

Il y a une grosse dose de provoc au Hellfest, non ?

Les gens qui vont au Hellfest s’amusent des symboles religieux. Ils les détournent et en jouent, comme cette photo où un mec déguisé en fée mime une fellation sur un festivalier habillé en curé…Les festivaliers profitent de ces 3 jours pour se lâcher. Mais personne ne prend tout ça au sérieux.

_MG_4698

Certains prennent ça au sérieux, il y a des pétitions tous les ans… 

Je n’ai pas vraiment envie de parler de ça. Ca ne me touche pas. Je n’ai pas envie de parler de ces gens qui ne sont pas nombreux et qui, de toute façon, ne changeront jamais d’avis.

Y a-t-il un moment particulier qui t’a marqué ? 

En 2011, je repère des types déguisés en viking qui s’amusent à se brûler les poils pubiens et la barbe avec des briquets. J’ai profité de ce moment pour shooter. Il y a une photo, particulièrement emblématique, où la barbe du type s’embrase littéralement. Ses potes l’entourent et restent impassibles. Et moi, j’ai ma photo ! Je l’ai légendée : « brûlons le viking hérétique ».

_MG_9881 20

Tu es photographe pour le Hellfest depuis 7 ans maintenant, c’est toujours aussi excitant ?

C’est hyper excitant d’y retourner à chaque fois. Le site change tous les ans et il y a toujours des moments incroyables, drôles et improbables. Je me mets une certaine pression avant chaque nouvelle édition. Il n’y a pas de routine, aucun confort qui s’installe.

_MG_6327

Quel est ce petit supplément d’âme que tu ajoutes à tes photos ?

Le supplément d’âme c’est mon attitude avec les gens. Je rigole avec eux. Je passe toujours un petit temps à discuter avant de les photographier. J’ai accumulé des milliers de photos depuis 7 ans. En me replongeant dans mes photos pour cette interview, je peux dire que je suis vraiment fier de certaines de ces photos.

refused010

Un dernier message pour la route ?

J’invite tous les curieux et les gens que le festival intrigue à venir headbanguer avec nous et passer un bon moment qu’ils n’oublieront pas de sitôt !

Toutes les photos sont reproduites avec l’aimable autorisation de l’auteur.