Lisbonne par Xavier Malafosse

03/07/2013

UNE VILLE, UN PHOTOGRAPHE #4. Les vacances approchent. Pour ceux qui n’ont pas encore d’idée de destination, voici un peu d’inspiration… Le photographe Xavier Malafosse, membre du collectif OFF source, nous promène dans Lisbonne. Xavier connaît bien les charmes de la capitale portugaise. La ville est l’un de ses points d’attache avec Montpellier. Je vous laisse donc entre de bonnes mains.
Bom viagem queridos leitores  ! (bon voyage chers lecteurs).

"Mieux vaut baiser que fuir !"

Premier souvenir photographique à Lisbonne ?

Première visite au Portugal en octobre 2012, pour retrouver une amie. Etant fauchés tous tes deux, nous nous débrouillons pour embarquer une passagère dans notre voiture de location, pour partager les frais depuis Porto. Arrivés sur Lisbonne, nous pensons aller voir le coucher du soleil sur le Tage, mais notre passagère nous contraint à un détour, et je la maudis en secret, coincé dans les bouchons. Arrivant à proximité du Parlement, nous sommes piégés par une manifestation contre la Troïka. Je me dis alors que le soleil sera toujours là demain, et j’insiste pour nous arrêter dix minutes, le temps de faire quelques images.
Finalement, nous passons dix heures aux abords du Parlement, pour ce qui allait être une des manifestations les plus violentes depuis la Révolution des OEillets, en avril 1974. Au milieu de la nuit, en pleine charge policière, je suis le seul photographe présent. Ce soir-là, je réalise plus que jamais la place du facteur « chance » dans la photographie.

Dans le quartier Alfama

Trois mots pour qualifier Lisbonne ?

Rythme, soleil et tramway…
Lisbonne a un rythme que je n’arrive pas à définir… Tout à la fois très accueillante mais désertée par ses habitants, du fait de la crise économique qui frappe de plein fouet le pays. La ville est à mi-chemin entre l’Europe, l’Afrique et l’Amérique latine, à la fois joyeuse et triste, empreinte de cette saudade si chère aux Portugais, et tellement intraduisible aussi.
C’est aussi l’une des capitales européennes du soleil, et par je ne sais quel miracle, sans doute grâce au relief arpenté de la ville, le ciel me semble aussi grand que dans certaines plaines d’Afrique. On trouve toujours un hoziron à contempler depuis l’un des nombreux miradouros (belvédères), et selon l’heure et l’intensité du soleil, on découvre un nouveau visage de la ville à chaque nouvelle ascension.
Les tramway sont omniprésents dans le coeur de Lisbonne, avec la célèbre ligne 28 si prisée des touristes, qui vous permet de passer d’une hauteur à une autre par les rues les plus pittoresques de la ville. Ils donnent un côté San Francisco à la ville, renforcé par la présence du Pont du 25 Avril, sorte de petit clone du Golden Gate. C’est aussi pour moi l’un de plus grands mystères du Portugal : comment diable se conduisent ces tramways avec une seule commande qui tourne en tous sens ?

Un belvédère dans le quartier Alfama

Qu’est-ce que tu préfères prendre en photos ici les gens/l’architecture/les paysages… ?

Dans l’absolu, je préfère l’humain, toujours. Du portrait aux scène de rue. Et le paradoxe, c’est que finalement, j’ai fait très peu de portraits dans la ville, seulement d’amis. Je ne suis pas encore allé à la rencontre des Lisboètes, pas assez à mon goût. Mais les mélanges d’architecture, les reliefs importants, l’ancien qui se fond avec le moderne, et surtout la lumière si douce et changeante d’une rue à l’autre, sont propices aux scènes de
rue. C’est la direction dans laquelle j’aimerais aller.

Cathédrale Santa Maria Maior

Un quartier particulièrement intéressant à visiter/photographier ?

Sans aucun doute, Alfama. C’est l’un des plus anciens quartiers de Lisbonne, avec son architecture chaotique, son dédale inextricable de rues escarpées et son allure de casbah, héritage de la domination musulmane.
Dans ce quartier populaire, le linge est étendu jusque sur les places publiques, désertes quand le soleil brille, mais surpeuplées les dernières nuits du printemps : lors des fêtes des saints, notamment celle d’Antoine de Padoue, une foule disparate danse et boit sur des rythmes endiablés jusqu’aux premières lueurs du jour.
Pour vous perdre dans Lisbonne, c’est l’endroit parfait : on peut y déguster des sardines grillées dans de minuscules restaurants et finir la nuit dans une casa de fado, tout en faisant abstraction du temps qui s’écoule.
Mais attention de ne pas rester trop longtemps dans les ruelles du quartier, car le retour dans le tumulte d’une ville nord-européenne sera difficile…

Pont du 25 Avril

Moment préféré de la journée pour la photographier ?

C’est bien la première fois que je ne fais pas preuve de sectarisme pour les heures de shooting : Lisbonne se prête à la photographie quelle que soit l’heure de la journée ou de la nuit. La ville est lumineuse et aérée, mais compte suffisamment de recoins, de petites places, de points d’observation et d’arbres géants, comme les jacarandas, pour permettre d’éviter une lumière trop dure. Le climat océanique fait parfois naître à la tombée de la nuit une sorte de brume maritime et donne une allure de petite Irlande à certaines des ruelles. En bref, chaque heure de la journée donne une nouvelle ambiance à la ville.

Miradouro da Graça, Noël 2012

As-tu un rituel dans la ville ?

Cela touche à l’obsession, mais aussitôt arrivé dans Lisbonne, je n’ai qu’une idée en tête : manger un ou plusieurs pasteis de nata, sorte de « flan augmenté » comme le disait une amie conquise par cette pâtisserie locale, que l’on déguste saupoudrée de cannelle. Ayant appris à dire le chiffre « trois » avant les autres, j’ai dû me résoudre à ne plus les commander que par un. Cette douceur comptant quelques millions de calories à chaque bouchée.
Et tant qu’à me poser un peu, le temps de prendre le rythme de la ville, je préfère que ça soit sur l’un des belvédères de la ville. Le Miradouro da Graça a pour moi une saveur particulière, peut-être à cause d’une histoire de cœur, ancienne ou future, le temps le dira… Mais il vaut le coup d’oeil, je vous laisse en juger !

Place de l’église São Miguel, toujours à Alfama

Y a-t-il un réglage particulier ou un type de matériel particulier que tu préconises pour photographier cette ville ?

J’ai à ce jour beaucoup travaillé avec mon Canon 16-35mm F/2.8, à défaut d’avoir le 24mm F/1.4 de mes rêves. Lisbonne, plus que de nombreuses autres villes, se prête aux paysages urbains et aux scènes de rue, donc au grand angle : c’est la seconde plus ancienne capitale d’Europe, avec une histoire trois fois millénaire, un passé glorieux de conquêtes et d’explorations, une abondance de monuments remarquables et de reliefs.
Si de manière générale j’aime travailler avec un grande ouverture, c’est à Lisbonne que j’ai commencé à me dire qu’il serait parfois nécessaire de changer mon approche, car le second plan est souvent aussi intéressant que mon sujet de premier plan.

8

Tes bons plans (genre deux ou trois adresses pour bien manger, boire aussi et pour se balader) ?

Pour le déjeuner, je pense à un tout petit restaurant, O Eurico, sur les hauteurs d’Alfama, avec une ambiance et des plats typiquement lisboètes. Pour le dîner, je préfère l’Estrela da Bica, dans le Chiado, avec sa cuisine expérimentale et son service assuré même aux horaires les plus improbables. Pour manger des pasteis de nata, il y a la boutique Nata, cachée derrière une minuscule vitrine, face à la bibliothèque Camões, où l’on peut rapidement devenir addict. Tous ces lieux, je les ai découverts grâce à un petit groupe d’amis, guides à la carte dans les ruelles de Lisbonne. Pour les trouver, cherchez « What About Lisbon » sur un moteur de recherche : ils ne manqueront pas de vous conseiller où boire un verre, et connaissent aussi quelques ruelles et places ombragées pour danser ou bouquiner…

Question subsidiaire : comment dit-on « bienvenue » en portugais ?

Ça dépend ! Pour mesdames, c’est bem-vinda, et pour messieurs, c’est bem-vindo !

Légendes (de haut en bas) : « Mieux vaut baiser que fuir ! »  ///  Dans le quartier Alfama /// Un belvédère dans le quartier Alfama /// Cathédrale Santa Maria Maior ///  Pont du 25 Avril /// Miradouro da Graça, Noël 2012 /// Place de l’église São Miguel, toujours à Alfama /// Soir de Noël dans les rues de Lisbonne

Le site de Xavier ici  : http://xaviermalafosse.photoshelter.com/gallery-list

Publicités

4 Réponses to “Lisbonne par Xavier Malafosse”

  1. Olivier said

    Ca donne envie d’y retourner !!!

  2. […] lui la suite, c’est par là : Une ville, un photographe – Lisbonne […]

  3. Olivier said

    Tiens, c’est marrant, je m’appelle aussi Olivier, et cet article me donne aussi – et plus que jamais ! – envie d’y retourner !!!
    😉

Répondre à Olivier Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :