Rencontre avec Candace Feit #1

17/08/2012

Voici la 1ère partie de l’interview de Candace Feit. Cette photographe américaine a travaillé pour de nombreux journaux dont les noms ne vous sont pas inconnus, citons dans le désordre et sans être exhaustif le New York Times, Le Monde, le Christian Science Monitor…Au départ, nous devions discuter par mail (Candace habite à Johannesbourg) de ses photos prises en Inde. Puis de fil en aiguille, la conversation virtuelle s’est élargie. Je vous propose d’en découvrir quelques fragments et surtout les photos de Candace Feit que vous retrouverez sur son site Wishyouhappy

Rebelle Touareg, Niger, 2008 ©Candace Feit

Avant de devenir photographe, j’ai lu que tu as travaillé pour la marque de jouets Lego…Oui, tout à fait ! J’ai travaillé pendant presque quatre ans pour la Lego company à New York. J’étais en charge du site web des produits enfants et des Duplo. J’ai adoré travailler pour eux. C’est presque aussi fun que ce qu’on imagine.

Pêcheurs, 2009, Sri Lanka ©Candace Feit

Etre une photographe femme dans un milieu très masculin change-t-il quelque chose ? Je ne sais pas en quoi le fait d’être une femme influence mon travail. Parfois, je pense qu’être une femme permet de se fondre plus facilement dans le décors ou d’être moins intrusive que ne pourrait l’être un homme. Parfois, c’est l’inverse. Chaque situation est différente donc ça peut être un avantage come un inconvénient. Je pense que le comportement adopté par un photographe lorsqu’il travaille est plus important que son genre. Il est évident que si tu es capable d’observer, d’être naturel et de mettre les gens à l’aise, ils seront alors plus acessibles, ce qui se ressentira dans les photos obtenues.

Masque de Gorée, Sénégal, 2006 ©Candace Feit

Y a-t-il des pays où il est plus difficile de travailler ? Des exemples ? Oui, bien sûr. Par exemple : le Maroc et le Nigéria. Dans ces deux pays, j’ai connu des situations difficiles. Il s’agit de deux cultures très différentes mais dans les deux cas, les gens ne veulent pas être photographiés. Il faut du temps et beaucoup d’efforts pour qu’ils s’ouvrent.  Je travaillais sur un sujet d’actualité au Nigéria et sur un reportage de voyage pour un magazine au Maroc. Les deux étaient aussi difficiles.

Débris après le combat, nord du Niger, 2008 ©Candace Feit

Comment tu travailles en zone de conflit, comment gères-tu ta peur ? Je n’ai jamais travaillé en zone de guerre.

Femme rentrant chez elle, delta du Sine Saloum, Sénégal, 2008 @Candace Feit

Nous avons déjà parlé d’une fondation dans ce blog, le Dart center, qui travaille sur le stress post-traumatique chez les journalistes, reporters, photographes. Te souviens-tu de situations délicates particulières ? Je ne suis pas hantée par des souvenirs traumatisants. Mais je pense toujours à certaines situations que j’ai vécues en me demandant ce que les personnes que j’ai photographiées deviennent. Non pas parce qu’elles étaient en zone de conflit, mais plutôt si elles sont malades, si elles ont accès à l’eau potable, si elles ont assez à manger…

Camp, Vermont, Etats-Unis, 2007 ©Candace Feit

Quelles sont les principales qualités d’un bon photoreporter ? Pour moi, un bon photoreporter s’intéresse et s’implique dans le monde qui l’entoure. Si tu n’as pas d’empathie, si tu ne t’intéresses aux gens, c’est très difficile de faire des images fortes de ce qu’ils vivent. Tu dois t’intéresser au monde, suivre l’actualité et écouter les histoires des autres. Sans ça, il est difficile d’être un bon photojournaliste.

Village le long de la rivière Ivindo, Gabon, 2009 ©Candace Feit

Quels conseils donnerais-tu à un jeune photoreporter qui veut se lancer ? Mon conseil, c’est d’apprendre à observer le monde qui t’entoure. Sors dans ton jardin et photographie les objets qui s’y trouvent. Prends plein de photos et exerce-toi. C’est pas trop grave si tu n’as pas l’équipement dernier cri ou l’appareil le plus cher. On peut faire des photos très intéressantes avec n’importe quel appareil.

Pour lire le texte original, cliquer sur « more ». For English readers, please click on « more » to find the original text.

Here is the first part of the interview with the American photographer, Candace Feit, who works for different international newpapers as famous as New York Times, Le Monde, le Christian Science Monitor. Now, Candace is living in Joburg, South Africa. 

I read that before you became a photographer, you used to work for the famous Lego company… Is that true? Yes, that’s true! I worked for the LEGO company in New York for almost 4 years managing the web site for their Baby and Duplo products. I loved working there – it’s almost as fun as you would think it would be.

You are a woman in a man’s job. How do you deal with that? Do you think that, as a photographer, being a woman changes anything? I’m not sure how my being a woman changes my photography. I think in some instances being a woman makes it easier to blend into the background or be less intrusive than if I was a man. Sometimes it is the opposite. Every situation and place is different, so sometimes it is an advantage and sometimes not. I think a photographers attitude is more important than gender when they are working. Obviously if you are able to observe, be comfortable and make others comfortable with your presence – you are going to get more access and therefore more interesting work.
– Are there any countries where it’s more difficult to work (do you remember any particular example)? There are definitely countries which are harder to work in than others. Morocco and Nigeria for instance – I’ve had a hard time working in both. Though completely different cultures, people are reluctant to be photographed in both places and in order to get any access at all it takes a lot of time and effort. I was working on news stories in Nigeria and a long travel feature in Morocco – and both were equally tough. 
– When you work in warzones, how do you deal with fear? I don’t usually work in warzones – so not sure how to answer this!
–  There is a foundation called Dart Center which works with experts on traumatism for media workers such as journalists and photographers. Are you still haunted by really bad memories of a very difficult situation? I am not necessarily haunted by bad memories. I do think of certain situations I’ve been in and wonder if the people I had photographed in the past there are OK – but not because they were in a conflict area. More if they were ill, not able to access clean water, food, etc.
– What are the main qualities to be a good photojournalist? I believe one of the main qualities of a good photojournalist is interest and engagement with the world around them. If you don’t care about people and their stories, than it is hard to make interesting, deep pictures of their conditions. You need to pay attention to the world, pay attention to the news and listen to people’s stories – without that it is hard to be a good photojournalist.
– What kind of advice would you give to someone who wants to become a photojournalist? My advice would be to practice observing the world around you. Go out into your own back yard and photograph the things there. Take many many pictures and practice. Don’t worry too much about having the nicest equipment or the fastest, most expensive camera. You can make interesting pictures with almost any camera.
Un grand merci pour l’aide à la traduction Hélène Moallic, Corinne Lallemand et Alexander Turnbull. 
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :