Après les cadres à ciel ouvert de Ella et Pitr, restons dans le street art et dans la photographie de plein air. Le photographe JR, heureux lauréat du TED Prize 2010, lance un projet collaboratif de grande envergure baptisé Inside Out. Le slogan pourrait être : « affichez-vous ! ». Le site Inside Out indique la marche à suivre. Vous téléchargez une de vos photos et vous recevrez chez vous la photo devenue poster géant. Une fois le poster reçu, c’est à vous de jouer et de coller votre minois postérisé dans la rue (filmer et poster la vidéo sur le Net si le coeur vous en dit). Pour l’instant, les résultats visibles montrent que tout le monde a sa place : les casse-coups/les imaginatifs sans borne/les fous furieux/les plus frileux/les provocateurs/les engagés/les exhibos/les déconneurs.

Une déclinaison du projet existe aussi au centre Georges Pompidou (jusqu’au 5 septembre). En marge de l’exposition Paris-Delhi-Bombay (très conseillée par ailleurs), un photomaton géant a été installé au sous-sol du bâtiment. Une hôtesse colle un bindi (ce symbole indien rond) sur le front des prétendants qui entrent, un par un, dans la cabine pour se faire flasher. Jusque là rien d’extraordinaire surtout qu’avant d’arriver à l’objectif, vous aurez probablement attendu une heure (montre en main et sans exagération). Mais tout se passe au moment où la gigantesque photocabine crache votre poster. Il entame une chute lente et gracieuse comme la feuille qui tombe de l’arbre. Comprenez bien. -Aussi gracieuse soit-elle- cette chute est suivie par tous les gens qui font la queue. Comme ils n’ont rien d’autre à faire, c’est de bonne guerre. Voilà votre tronche en XXL et noir et blanc (choix heureux qui gomme à l’occasion deux ou trois imperfections) . Certains tentent d’arrêter la chute avant son terme pour éviter une contemplation publique de leur poster. D’autres en sont fiers.

C’est gratuit. Pour ceux qui n’ont pas la patience d’attendre, trois photomatons (à taille normale cette fois) permettent aussi de se prendre (gratuitement) en photo. Aujourd’hui, 25 juillet 2011, 163 personnes se sont fait tirer le portrait. Et, à ce jour, 15 050 portraits ont été imprimés.

DR

Les liens utiles : 

Le site de JR : http://jr-art.net/

Le site du projet : http://www.insideoutproject.net/

La page Facebook : https://www.facebook.com/InsideOutProject?sk=wall

Comment accrocher son portrait et faire de la colle en français : http://www.insideoutproject.net/pompidou/upload

Publicités

J’aime beaucoup le travail des street artist, Ella et Pitr. Quelle bonne surprise de découvrir un de leurs projets (plus ou moins) lié à la photographie. Les deux artistes ont peint des cadres anciens sur les murs de différentes villes dans lesquelles ils sont passés (citons Venise, Paris, Arles, Bruxelles, Saint-Etienne, Berlin). Un petit mot invite les passants à se prendre en photo dans le cadre et a envoyé leur photo à une adresse mail. Les photos reçues ne sont ni recadrées, ni retouchées et sont publiées sur une page Flick’r. Ella, l’une des moitiés du duo, nous en dit plus. 

Deux balais s'essaient à l'exercice, Arles, 2011 © Ella & Pitr Backgrounds

D’où est venue l’idée de ce projet contributif ?

Peut être que l’envie est partie d’un besoin d’interactivité entre nous et notre public ? Nous ne savons plus vraiment le pourquoi du comment de ces cadres. En tout cas ça nous fait bien marrer. On en reçoit en moyenne à peu près 5 par jour. Autant dire que ça devient un vrai boulot de gérer cette opération (répondre aux gens, leur demander leur autorisation pour mettre leurs photos sur le net, les remercier s’ils sont d’accord, classer les photos, etc).

Il paraît que les dégradés de couleur sont à la mode © Ella et Pitr Backgrounds

Ca reprend un peu le principe du photomaton : avoir un cadre (ou sens propre et figuré) et se prendre en photo dedans…

Effectivement, ça ressemble aux vieux fonds à photographie d’antan, car nous avions envie d’inciter les gens à prendre la pose, dans un cadre bien défini. Malheureusement nous n’avons encore que très rarement obtenu ce genre de réponse. On attend encore …La photo où quelques uns se seront sérieusement pris au jeu en ramenant toutes sortes d’accoutrements farfelus et en prenant des véritables poses mises en scènes jusqu’au bout des doigts, comme les photos de famille du début du siècle, ou une vielle troupe de saltimbanques idiots.

Dans le style Popeye © Ella & Pitr Backgrounds

Que vont devenir ces photos ?

Pour l’instant ces photos sont simplement archivées sur la page flickr. Ce lien est donné en réponse à tous ceux qui nous envoie leurs photos. Nous avons bien une idée derrière la tête mais pour l’instant elle reste secrète. Il n’y a donc presque que ceux qui y participent qui ont accés au reste de la collection.

Madame a même réussi à convaincre le chien de poser © Ella & Pitr Backgrounds

J’AJOUTE CETTE PRECISION : si vous voulez participer à ce projet, il faut aller à la recherche des cadres qui ont résisté aux intempéries. Selon nos informations, vous en trouverez à Paris rue de Ménilmontant, dans des rues perpendiculaires à Oberkampf, à Venise et à Arles. Amusez-vous !

On dirait du Magritte, Arles, 2011 © Ella & Pitr Backgrounds