Le photographe dark et la fille étourdie

11/03/2009

 

 

Il y a des heureux hasards.

Une fille étourdie perd sa clé USB dans le métro. A priori, elle a peu de chances de la retrouver. Sauf que, les bonnes surprises existent aussi. Comme ce type de mail : « Ai retrouvé votre clé, où puis-je vous la poster ?  » L’auteur du mail s’appelle Stéphane, sa signature électronique indique qu’il est photographe. Une aubaine ! On récupère donc la clé USB autour d’un café.

Un café noir… comme le monde qui a longtemps fasciné Stéphane Burlot (cf autoportrait photo de gauche). Ce photographe amateur de 40 ans, ingénieur de profession, a habilement mêlé ses deux passions : la musique dark et l’image. A 18 ans, on lui offre un appareil photo. L’envie d’aller plus loin se déclare vers 22, 23 ans lors d’un stage à l’agence Magnum. Dans les couloirs, il croise Henri Cartier-Bresson, Raymond Depardon. Le jeune stagiaire n’ose pas les aborder. Qu’importe, l’envie est née.

Saisir un moment important

Introduit dans le milieu dark parisien grâce à  des connaissances, il dégaine son appareil en soirée et photographie. Les spectateurs, l’ambiance, les artistes. » Je n’allais pas seulement dans les concerts pour la musique live. J’y allais pour faire du reportage, essayer de saisir un moment important », explique-t-il. Cette démarche de journaliste ne l’a jamais poussé à en vivre : « trop galère ».

Il a bien travaillé pour des fanzines, pigé un peu pour Rock’n folk, shooté les Cure et la chanteuse Siouxsie (cf photo de droite). A l’époque, « les artistes étaient plus accessibles. On avait rendez-vous dans des hôtels ou dans des bars et on shootait comme on voulait. Maintenant, ce sont les maisons de disque qui envoient les mêmes photos à tous les journaux. »

Aujourd’hui, il se lasse de la photo (il vient de détruire son labo photos) et de la musique dark (qu’il délaisse pour la techno). Des milliers de tirages,  » le fil de [sa] vie », attendent, dans de grandes boîtes, que Stéphane s’y replonge. Sans doute, « à la retraite ». Une chose est sûre : si son appartement brûle, les photos seront les premières sauvées.

Le travail dont il est le plus fier : des photos prises dans le métro pendant 10 ans.

Publicités

2 Réponses to “Le photographe dark et la fille étourdie”

  1. Stéphane said

    hey je savais pas que tu l’avais mise !
    très bien :o)
    merci et bonne continuation
    Stéphane

  2. M said

    Trop beau,trop vrai que ça existe une histoire comme celle la..je voudrai que tous les grincheux du monde la lisent…. et à bientôt l’âge de la retraite j’en suis entourée . Que tous les grincheux sachent en plus combien désintéressée est une telle démarche!!!mieux que x discours sur l’impossible n’est jamais impossible…et tout çà par la force du regard sur la photo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :