Il y a des heureux hasards.

Une fille étourdie perd sa clé USB dans le métro. A priori, elle a peu de chances de la retrouver. Sauf que, les bonnes surprises existent aussi. Comme ce type de mail : « Ai retrouvé votre clé, où puis-je vous la poster ?  » L’auteur du mail s’appelle Stéphane, sa signature électronique indique qu’il est photographe. Une aubaine ! On récupère donc la clé USB autour d’un café.

Un café noir… comme le monde qui a longtemps fasciné Stéphane Burlot (cf autoportrait photo de gauche). Ce photographe amateur de 40 ans, ingénieur de profession, a habilement mêlé ses deux passions : la musique dark et l’image. A 18 ans, on lui offre un appareil photo. L’envie d’aller plus loin se déclare vers 22, 23 ans lors d’un stage à l’agence Magnum. Dans les couloirs, il croise Henri Cartier-Bresson, Raymond Depardon. Le jeune stagiaire n’ose pas les aborder. Qu’importe, l’envie est née.
Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Pas de surprise, ce 8 mars est l’occasion de parler d’une photographe. Elle s’appelle Olivia Gay. Elle photographie les femmes du quotidien, dans leur quotidien. Son travail vise à interroger la place de la femme et du corps. De l‘exploration sociétale qui passe, avec la même force, des religieuses Dominicaines aux caissières de supermarché.

Regard sur Calcutta

06/03/2009

Toujours l’appareil au fond de son sac à dos, « au cas où ». Laurent Reyes est un photographe amateur parti en VIA (volontaire international en administration), à Calcutta. Animé par des envies de journalisme et de reportage et une volonté de montrer « ce qui fait sens, pas ce qui fait exotique », il photographie la ville de Mère Thérésa avec son réflex numérique Nikon D40. Deux difficultés se posent à lui : la contrainte technique de la lumière blanche qui aplanit les paysages. Et une question éthique : comment se positionner face à la misère de ceux qu’on photographie.

Retrouver ses photos ici.

– Comment définirais-tu le rapport des Indiens à l’image ?

– Dur d’éviter les clichés pour répondre à cette question, mais il est clair que les Indiens sont très dignes et fiers. Il est frappant de voir des femmes au port altier, drapées du plus beau saree, surgir du bidonville le plus infâme. Lire le reste de cette entrée »